La Paz, Potosi, Sucre, des destinations boliviennes à ne pas manquer


Parmi les destinations immanquables de la Bolivie, La Paz arrive en tête de liste. La ville est étagée entre 3 200 et 4 000 m d’altitude, faisant d’elle la plus haute capitale du monde. La première chose à y faire est de prendre le téléphérique, le moyen de transport adapté à cette ville « cuvette ». Une fois en haut, les vacanciers auront une vue époustouflante sur La Paz et ses paysages environnants. L’excursion en centre-ville se poursuit vers le marché aux sorcières. Là, la curiosité des voyageurs sera piquée à la vue de ce qu’on y vend : potions louches, squelettes de lama, fœtus de lama séchés, amulettes, etc. Bref, des objets rituels utilisés dans la pratique de la sorcellerie qui servent pour les cérémonies, la santé et la guérison. Pour effectuer des emplettes, la rue Linares et les rues environnantes sont pleines d’échoppes proposant des articles divers, parfaits pour des idées de cadeau : tissus, sacs, pulls en laine ou en alpaga, toiles brodées… En outre, la route de la mort qui relie La Paz à Coroico est une activité à expérimenter. Les sportifs aguerris, équipés de grenouillères, de casques et de coudières, enfourcheront leur VTT. Ils rouleront à gauche, en pente, et côté ravin, dans la crainte d’être fauchés par les camions roulant en contresens. Cependant, cette sortie se fait par l’intermédiaire d’une agence privée.

Potosi, une autre destination bolivienne à apprécier

Potosi est une ville nichée à 4 090 m d’altitude. Elle a connu des heures de gloire quand les Espagnols ont découvert de l’argent en quantité considérable sur la colline qui la domine. Après un passage dans le Salar d’Uyuni, les globe-trotters ne manqueront pas la cité de l’argent lors de leurs séjours en Bolivie. En premier lieu, ils flâneront autour de la place centrale et contempleront ses rues perpendiculaires bordées de bâtiments aux façades colorées. Ceux-là se résument aux églises et au Musée de la moneda. Ensuite, les aventuriers se dirigeront vers la montagne en passant par des galeries étroites, voire glissantes pour aller à la rencontre des groupes de mineurs à l’œuvre, extrayant du minerai brut. Pour couronner le tout, un tour dans l’usine où l’on travaillait l’argent s’impose. Les curieux y observeront les machines en train de façonner des lingots d’argent pour en fabriquer des pièces de monnaie.

Sucre, la ville du chocolat qui vaut le détour

Sucre est une ville coloniale qui mérite d’être explorée. Des toits du couvent San Felipe, les routards auront une vue imprenable sur toute la ville, avant d’enchaîner vers l’est de la cité, où ils admireront la belle architecture du couvent de la Recoleta. Après, ils mettront le cap vers le marché central pour manger une « milanese de pollo ». Il s’agit d’un filet de poulet pané et rôti qu’on accompagne de riz et de salade. Rien n’empêche les gourmets de déguster une salade de fruits agrémentée de chantilly ou de goûter des gâteaux épais et aux couleurs flamboyantes. Comme Sucre est la capitale du chocolat de la Bolivie, il est tout à fait logique de visiter l’une des fabriques pour grignoter une tablette de chocolat au quinoa ou au piment.

Laissez un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.