Projet immobilier et autofinancement : avantages et inconvénients


Il est possible de financer un projet immobilier par un crédit immobilier ou en cash. Toutefois, ces deux principes offrent chacun des avantages et des inconvénients. Avec un autofinancement, on peut se dispenser des contraintes de remboursement. Mais est-ce financièrement réellement plus avantageux qu’un prêt immobilier ?

L’autofinancement : caractéristique

Décider de financer un investissement immobilier par un autofinancement ou par un crédit immobilier relève de la décision de l’investisseur en fonction de la disponibilité de la somme nécessaire ou pas. En tout cas, avec un crédit immobilier, il est possible de bénéficier de plusieurs mesures fiscales ou de certaines opérations permettant d’économiser sur le prêt comme le rachat de crédit immobilier.

Dans sa définition stricte, l’autofinancement consiste à financer soi-même un projet sans recourir aux solutions de crédit, ni d’omission d’obligation vis-à-vis d’une autre personne. Il s’agit ainsi d’un financement interne, qui consiste à fournir soi-même les fonds nécessaires à la réalisation d’un projet.

L’autofinancement a plusieurs avantages. Il s’agit notamment de l’inexistence de dépendance financière vis-à-vis d’un créditeur, l’inexistence de dettes ainsi que la totale autonomie de décision sur l’investissement réalisé. Toutefois, l’investisseur peut souffrir du manque de moyens, ne lui permettant pas de développer et d’accroître son investissement.

Dans le cas d’un investissement immobilier, le financement peut prendre deux formes. Soit, il s’agit d’une acquisition par des fonds propres, ou bien d’un prêt immobilier dont le remboursement sera assuré par les loyers payés par le/les locataires, s’il s’agit d’un investissement locatif. Ainsi, il s’agit d’un investissement couvert par les loyers.

Projet immobilier : autofinancement ou prêt immobilier ?

La première condition pour pouvoir autofinancer un investissement immobilier est de détenir effectivement les fonds nécessaires, ce qui n’est généralement pas réservé à tout le monde. Toutefois, en payant cash un bien immobilier, l’investisseur peut se passer des différentes contraintes bancaires comme le montage du dossier de prêt, la rapidité de la réalisation de l’investissement, l’inexistence de contraintes de remboursement de prêt bancaire, et enfin, une capacité d’épargne accrue grâce à l’inexistence de dettes. Par contre, l’investisseur n’aura plus d’autres fonds mobilisables pour la réalisation d’autres projets.

D’un autre côté, en finançant le projet immobilier par un prêt bancaire, l’investisseur peut placer son argent disponible dans une solution d’épargne tandis qu’il peut bénéficier d’une meilleure protection grâce à l’assurance sur le prêt immobilier contracté. Ainsi, en cas de décès, l’assurance va rembourser le reste du capital emprunté, protégeant, du coup, également sa famille. Toutefois, le prêt bancaire va l’exposer aux contraintes bancaires (constitution du dossier et remboursement)

 

En outre, si l’investisseur a recours au prêt bancaire pour financer son projet immobilier et place son argent disponible dans une solution d’épargne, il peut réaliser, à terne, une économie plus conséquente. En tout cas, si l’investisseur décide de recourir à un prêt immobilier et épargne son argent qu’il aurait pu utiliser pour un autofinancement, il peut en même temps protéger sa famille sur les fruits de l’épargne et sur l’assurance de prêt immobilier. Dans les deux cas, en terme de rentabilité financière, les deux solutions sont proches, mais le recours au prêt immobilier est d’autant plus intéressant que les taux de crédit sont à un niveau bas.

Laissez un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *